La folie du désert Index du Forum
La folie du désert Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Marais

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La folie du désert Index du Forum -> Martial Art -> Vie des survivants
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Joe Staz
Les fous de Samura

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2009
Messages: 67
Localisation: Près de la mer de sable

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 00:22 (2009)    Sujet du message: Marais Répondre en citant

[Cet épisode se passe à l'approche des marais.]
[Il faudrait d'ailleurs préciser quand se passe les autres topics, pour ne pas qu'un nouvel arrivant y figure si c'est un évènement appartenant aux lunes précédentes (je sais, on est pas là pour chipoter, mais c'est juste pour cadrer un peu, quoi).]

La troupe progressait vers l'Est en longeant les hautes montagnes au Nord... Sur les genoux de celles-ci, le terrain peu escarpé n'offrait que peu d'hospitalité, mais il était rapide de s'y déplacer et de gagner du terrain.
Depuis la rencontre de Samura et de sa troupe, Joe et ses 3 compagnons faisaient connaissance autour des veillées aux feux de camps, et découvraient les différentes personnalités plus ou moins troubles qui étaient présentes. Tout semblait aller pour le mieux - disons pour le mieux dans ce chaos -, et le printemps arrivait...
Pourtant, depuis plusieurs soirs, Joe cherche ses mots dans ses discussions et affiche des moments d'absence de plus en plus fréquents. Quoiqu'il paraisse toujours relativement posé et calme, une anxiété cachée se fait sentir, surtout quand le débat parle de l'Est.
Le dernier soir, il s'est réveillé en hurlant, réveillant une partie des dormeurs alentours.


La troupe est partie vers le Nord ce matin. Les brumes matinales restent plus longtemps ici, parfois toute la journée, flottant sur les eaux stagnantes. Devon est tombé malade; cloué sur place, il tremble mort de froid et ne peut quitter sa couche. Maxoo est venu voir la tente des Sand's pour qu'ils lui prêtent de quoi le nourrir et lui redonner des forces cette lune.
"Je vais aller le voir", répond Joe, "d'ici 5 minutes; je dois parler à Myet."



Autour, il n'y a pas un bruit. Juste une brise fraiche évoque le mouvement; le reste est figé. En se rendant vers Devon, Joe passe au sommet d'une colline; étant encore en hauteur par rapport aux plateaux de l'Est, on peut voir, là bas, au loin, les taches sombres de l'eau croupie comme autant de moisissures dans la plaine de sable... Le vent se fait froid.


Soudain, il y a un craquement sourd. Du tonnerre. Les nuages filent et se noircissent et tourbillonnent et grondent. La météo semblait clémente pourtant.
"Joe"
Joe se retourne. Une voix?
Black, Black... quelqu'un s'appelle Black ici...
Non, il n'y a rien; il n'y a sans doute personne non plus. Joe fait un tour sur lui-même. Le campement semble tellement désolé... Où sont donc partis les autres? Haletant, nerveux, il porte ses mains à ses yeux et scrute le Nord.
Ce n'est rien...
Ca va... recommencer...

Il y a plusieurs lunes, Joe, Jin, Myet et Gabriel ont été jetés dans ce recoin du monde par des forces élémentaires apparemment surnaturelles. Si les dégâts physiques ont été légers, Joe sait qu'il a vécu à ce moment-là des choses dont il ne se souvient pas. Comme entre le Grand Feu et son réveil dans le désert, d'ailleurs. Le cours de l'amnésie est en grimpe dans c'monde.


Se passant une main au front, Joe descend la pente menant à la tente, et glisse. Il glisse sous la surface, sous le sable, sous la pierre; impossible de se raccrocher, toute matière solide tombe en poussière... d'infimes grains partout s'effritent et accélère la chute. Tentant de crier, les yeux écarquillés, Joe s'emplit de sable tant et plus, dans une souffrance atroce, avant d'enfin...
arrêter de se débattre... et se laisser porter, par les courants sablonneux.


Aaaahhh........
Quoi? Dois-je revoir cet endroit impossible? x0... y...
... où es-tu qui me l'a enseigné?
Je sais; je sais que tu as faim...


Tendant son baluchon de viande séchée au hasard des ténèbres, il s'attend à trouver une main... mais rien. Une larme lui coule, car personne ne parle.

A force de battre des paupières, ses yeux brulés dégagent la pousse qui les encombrent. Il s'est réveillé, mort de fatigue; et quelquechose lui tourne autour. Quelquechose... de joyeux? Après plusieurs secondes, il se relève lentement sur les coudes. Un chien noir, petit mais costaud, s'agite devant lui.
Euh.
Des constructions rudimentaires à coup de tôles ondulées et de toiles tendues l'entourent; des paillasses sommaires ont été installées là pour une durée visiblement temporaire. En guise de population, seule une pancarte se tient bien droit, en haut d'une bute toute proche et affiche des lettres usées: Emerine.
Devant la pancarte, Joe lève les yeux et découvre, en contrebas... la mer. Tiens, ca faisait un temps. Une pointe de sable s'enfonce dans l'ondée, et fait s'écrouler les fortes vagues qui l'arpentent. Un vent iodé balaye ses cheveux ébène. Et sur la pointe là bas, il y a un petit village, plus stable que l'abri qu'il vient de quitter, et qui déjà n'existe plus. Le grand chien noir joue sur la pente descendante, avec de grands mouvements agiles. Amusé, Joe le suit en courant et dévale la pente à toute allure, et glisse.
Il fait plusieurs rouler-bouler et s'affaisse sur une étendue granuleuse. Au pied du village. Le vieux chien noir grassouillet lui lape le visage. Joe se relève en s'épousant et s'essuie le visage; il essuie moult larmes, sans comprendre pourquoi elles coulent. La chute, sans doute.
Il pénètre par un grand porche; un fer à cheval y est accroché. C'est un ranch.
Il passe devant des cahutes; certaines portent des noms. Il y a une grande salle mais peu d'effets à l'intérieur; une bouteille vide sur le perron. Un enclos est désert, mais il devait y avoir des chevaux à l'époque. Les deux personnages sont très proches de l'eau à présent. Très calme, celle-ci reflète un agréable soleil bas, mais qui ne se couchera jamais...

Il y a quelquechose à une distance; là bas, tout près de la rive... c'est...

- Je sais ce que c'est, n'est-ce pas?... Je ne suis pas sûr de...
- VA!


Ses pas le mènent malgré lui à une croix.

- Je sais bien que c'est toi... mais je n'ai rien à voir avec tout ca, tu le sais. Et cesse donc de me faire pleurer. AH!

Tombe à genoux au pied de la petite croix de planches... Avance une main tremblante sur les gravures sombres...
"Non...... NON!...", souffle une voix coupée, noyée par les larmes et le sable.
Locinus, dit la croix.
Le petit chien noir chétif se frotte aux jambes de son compagnon.
"NON! Et toi, qui es-tu?! Black! Mais Black est un mec! Je ne t'ai jamais vu toi le chien! TU ES UN HOMME!"
Et criant cela, il se ramasse sur la croix qui ploie et s'enlise comme lui dans le sable, et s'enfonce, sous le regard gentillet mais impuissant du canin.
"Black! BLACK!"
S'enfonçant de tout son corps, l'homme tend une main.
"ATTRAPE MA MAIN!"
Le chien reste immobile. Les yeux recouverts, recouvrant sa cécité, l'homme tend le bras dans un ultime effort.
"ATTRAPE MA MAIN, BLACK! C'EST MOI, C'EST MOI! ATTRAPE MA MAIN!"
Mais l'homme aux cheveux noirs ou châtains ne peut plus parler; l'eau lui envahit les voix respiratoires.


--------------------------------------------------------------------------



Au vu de l'une des huit personnes présentes alors dans le secteur de Joe, les évènements ont une tout autre tournure.
Du haut de la colline, il est tombé raide, en arrière et a glissé sur quelques mètres en direction de l'Est. Après s'être relevé, il semblait perdu et cherchait son chemin. Puis il s'est mis à dévaler vers le Nord-Est.
En l'observant plus longtemps, on le verra disparaitre dans les nappes diffuses de brumes qui couvrent les marécages. Plus tard, on entendra des cris s'élever des ténèbres cachées.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 31 Jan - 00:22 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jin
Les fous de Samura

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 50
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Lun 2 Fév - 07:44 (2009)    Sujet du message: Marais Répondre en citant

Voila 2 ou 3 lunes que Joe et ses compagnons, Mÿet', Sulik et Jin avaient rejoint l'accueillante troupe de Samura. Jusqu'à présent ils s'étaient fait plutôt discrets, en omettant le fameux feu de camp où Sulik avait insulté le maître de cérémonie.
Alors que Mÿet' semblait de plus en plus touchée par la zombinite, Jin en revanche avait entamé une retraite introspective.

Maintenant que la survie du groupe semblait un peu moins précaire, il passait de longues heures à marcher, réfléchir, et faire corps avec le désert.
Et c'est lors, en rentrant d'une de ces balades matinales, qu'il entendit faiblement des cris déments venant du nord-est.

Il se hâta jusqu'au camp. Tous dormaient encore. Les ronflements sonores de Sulik s'élevaient de la tante des Sand Stalkers. Entrant à l'intérieur, Jin les décompte... Il manque Joe. Un tour dans le campement : il ne semble pas dans les alentours.

Jin réveille alors Sulik, qui maugréé et marmonne.

- "Sulik-kun. SULIK-KUN !" le bougre dors comme une souche. Mais finit par se réveiller. "Gomennasai. Pardon de te réveiller. Mais Joe n'est pas là. J'ai entendu des cris... J'espère qu'il n'ai rien arrivé de fâcheux. Aide moi à le chercher."

Au bout de quelques heures, Jin et Sulik reviennent, les bras chargés de plantes médicinales, mais sans traces de Joe.
Peu à peu, les autres membres ont levé le camp. Restent Mÿet', toujours plongée dans son mutisme, et Devon, qui ne semble toujours pas guéri. Un des derniers à partir leur relate les potins du déjeuné : on aurait vu Joe partir sur la colline, chuter, et partir sans raison apparente s'enfoncer dans les marécages au nord-est.

Jin laisse alors quelques plantes à Devon, et tente alors de faire manger Mÿet', mais sans succès.
D'un commun accord, Sulik et lui décident alors de partir chercher Joe, après avoir adressé un message à Samura, expliquant la situation.




Commence alors une longue recherche dans les marais nauséeux. Embourbés, fatigués, les deux compagnons désespèrent de trouver Joe...
Et finalement aperçoivent un camp de fortune, perché sur un îlot.

Ils s'approchent avec discrétion, essayant de ne pas éventer leur présence par leur pataugeages... Il reconnaissent alors Joe, un air hagard et fatigué, accroupi silencieux autour d'un flamme mourante. Il n'est pas seul, un autre type l'accompagne.

- "Konbanwa Joe-kun. Ogenki desu ka ? Cela fait des heures que nous te cherchons."

Pas de réponse. L'autre type semble absent : peut être un peu effrayé par ces deux types armés qui viennent de débarquer de nulle part.

- "Joe-kun. Que c'est-il passé ? Pourquoi t'es tu enfuit du campement ? On raconte que tu as érré comme pris de démence, pour venir t'échouer ici."

Toujours aucune réaction. Joe à toujours les yeux fixé sur la flamme.

Alors l'asiatique finit
par saisit Joe par l'épaule et le secouer violemment.

- "JOE-KUN !! C'EST JIN ET SULIK-KUN ! REVEILLE TOI ! TU NE VA PAS FINIR COMME MYET-KUN ?!"



Revenir en haut
l'affreux


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 13

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 12:39 (2009)    Sujet du message: Marais Répondre en citant

L'affreux vit deux types arriver. Ils n'avaient pas bien l'air d'être à l'aise dans ce marécage et il les comprenaient. L'affreux fît mine de ne pas les remarquer. Ils semblaient avoir trouvé ce qu'ils cherchaient. L'affreux comprit vite que le fameux joe s'était enfui et qu'il semblait dans un état second.

Il se remémora les événements qui s'étaient enchainés depuis la veille.

L'affreux se réveilla dans les marais la veille. Il avait décidé de passer par ce lieu peu ragoutant pour éviter les groupes qu'il avait aperçu à l'est. Non pas qu'il fût sauvage mais la vie était dure et certains n'hésiteraient pas à le tuer pour ses réserves si maigres soient elles. Il fût tiré soudainement de ses réflexions par l'arrivée d'un homme débraillé.
Tu l'apercois rapidement, car il a la discretion d'un semi-remorque: il bugle et court dans tous les sens, se dépêtrant dans la vase et les eaux nauséabondes... 
 
Après une "visite" du coin, il tombe à genoux en criant
"Black! BLAAAACK! ATTRAPPE MA MAIN!" et en se laissant lentement couler dans l'onde trouble. L'affreux était tendu se demandant ce qui arrivait. Apparemment l'inconnu était perturbé...  L'affreux voyait l'homme s'enfoncer. Il se décida à tendre la main. Il ne pouvait laisser l'homme mourir comme cela.
..


Revenir en haut
l'affreux


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 13

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:56 (2009)    Sujet du message: Marais Répondre en citant

La main tendue attrape la tienne et s'y agrippe de toutes ses forces, laissant des marques profondes dans ton avant-bras. Tu tires. 
L'ennui est que le type en face ne semble pas bien comprendre qu'il est en train de se noyer: pire, on dirait qu'il s'enfonce volontairement, et son agrippe commence à t'entrainer de même! 
Autant pour aider le type que pour sauver ton bras et ce qui s'y rattache, tu assures ta position et tires beaucoup plus fort. Heureusement, tu ne manques pas de muscles! 
Tu finis par sortir Joe de l'eau, les yeux révulsés, de la vase et des algues sur les vêtements et entre les dents, tombé inconscient. 


 L'affreux avait eu raison de douter de son geste d'amitié envers un inconnu. Pour un peu, il aurait fini au fond des marais avec l'inconnu. Quelle drogue il avait bien pu prendre. En tout cas, elle était sacrément puissante...  

Enfin, pour l'instant, les ennuis avaient l'air d'être passé. Tout le monde avait pied sur le sol ferme mais l'affreux en soufflait encore toute ses bronches après l'effort intense que ça lui avait demandé. 
L'inconnu régurgitait toutes les bonnes choses du marais quand tout à coup, il se releva comme un ressort, se plante devant toi et te prend les épaules; ses yeux ont un air halluciné.
 
"keuf... Thor?! Celui qui m'a sauvé... c'était Thor?! Qui es-tu? Ooh, tu ressembles à quelqu'un que je ne connais pas... Peux tu me conduire au Ranch?" 
puis d'une voix plus basse et d'un air complice : 
"Est-ce qu'il y a du monde autour de nous? Est-ce que tu vois quelqu'un dans ma tête, l'ami?"

Je lui répondis aussitôt

"OK, mon gars! t'inquiéte pas, t'es hors de danger! on m'appelle l'affreux, je te laisse deviner pourquoi! reste tranquille et les effets des champignons vont passer d'eux même! enfin souviens toi que c'est comme toutes les bonnes choses, faut pas en abuser. Quand tu seras à nouveau... disons cohérent, on ira au ranch. Je suppose que c'est une communauté, on y retrouvera tes amis thor, black... et valhalla certainement"
 
Je me fendis d'un sourire qui se voulait bienveillant.


Revenir en haut
l'affreux


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 13

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:59 (2009)    Sujet du message: Marais Répondre en citant

Joe répondit d'un air distrait à l'affreux tout en cherchant dans des fourrés : 
"Des gens? Il y avait un petit chien, je crois..." 
Relève la tête et réfléchit un instant. 
"Ah non." 
Reprend ces recherches sans plus penser à la question. Tiens, d'ailleurs, il vient de trouver une plante visiblement interessante qu'il arrache completement. Sur ces racines trainent des parasites aquatiques, ressemblant à des larves blanchatres. 
Il ne dira plus grand chose d'interessant une fois revenu sur la terre ferme (quoiqu'humide à souhait), tout occupé à faire un semblant de feu avec toi, à faire cuire comme il peut ce qu'il a trouvé, et à bruler les sangsues qu'il a sur les jambes. 
"C'est chouette qu'on se rencontre ici, l'affreux! Une chance, sinon j's'rais seul et sans chien! Tu m'as pas dit pourquoi tu t'étais tué?" 
L'affreux ne tenait maintenant plus compte des propos incohérents de l'inconnu que d'une oreille distraite. La seule bonne nouvelle de ce groupe était que l'homme semblait connaitre les marais. Il revint en effet avec plusieurs plantes avec des bonnes grosses larves bien juteuses. il te tend une grappe de larves juteuses. Non pas que ce soit son plat préféré mais il ne faisait jamais la fine bouche quand son estomac criait, voire hurlait, famine même si roties, elles n'en avaient l'air et le goût que plus déguelasse! 

Mort de faim, Joe mange copieusement et s'écroule en arrière. Après quelques minutes, il se roule sur le coté et vomit en masse; tellement que ca laisse à penser que le repas n'est sans doute pas la seule cause de son malaise...
L'affreux  entamait son sommeil quand il entendit derrière lui cet immonde bruit de déguelis. L'affreux se retourna. La galette n'avait rien de surprenant mais une lueur légère, presque indiscible, se dégage du petit tas recroquevillé que forme le divergent mental nouvellement arrivé.
 L'affreux se dit qu'une distance de sécurité se justifiait entiérement et fît quelques pas pour s'éloigner du bonhomme. Lorsque la distance lui parût suffisante, il se coucha. Le sommeil ne se fît pas attendre. 


Revenir en haut
Jin
Les fous de Samura

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 50
Localisation: Lyon

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 18:53 (2009)    Sujet du message: Marais Répondre en citant

[HRP] Ceci est une compilation des différents échange entre Jin/Sulik et Joe/L'affreux. J'ai retouché très légèrement pour donner un semblant de cohérence narrative, et je les poste pour faire le lien entre ce sujet et la suite du RP ce situant .[/HRP]

L'affreux se réveille alors: des gens pataugent aux alentours. Il se lève, et rejoint Joe près du feu mourrant. Il voit alors surgir deux types, hagards, fatigués, qui prennent son nouveau compagnon à parti.

...


- "JOE-KUN !! C'EST JIN ET SULIK-KUN ! REVEILLE TOI ! TU NE VAS PAS FINIR COMME MYET-KUN ?!" 
 
Alors Joe pose une main sur l'épaule de Jin. 
- "Ahahah! ^^ Je suis réveillé, Jin, c'est bon. Je n'suis pas un paumier! Tu peux me lacher.
"
 
Se tournant vers Sulik. 
- "Sulik. Vous etes venus me chercher? 
Voici...  
... un type."

Il observe l'affreux avec réflexions et doutes. 
- "Je ne suis pas sûr de pouvoir dire qui il est; mais je suppose que je ne l'ai pas attaqué, sinon il ne serait pas là... bah! je suppose qu'il a du me sortir d'un pétrin quelconque, ahahah! ^^"

Mais Joe ne rit pas vraiment. Reprenant un air sérieux, il lance un regard interrogateur à l'affreux, comme dans l'attente d'une confirmation. Puis considérant la posture embarrassante de ce dernier, il lui adresse un geste évocateur comme quoi les deux nouveaux arrivants ne présentent pas spécialement de danger. 
 
Allant à l'essentiel, Joe fait volte-face et se retrouve devant Jin : 
- "Jin, ton rapport. Myet est avec vous?"

L'affreux... pensa Jin. Etrange surnom dans ce monde de chaos. révélateur d'une infirmité physique ou mentale ?  
La suite le dira probablement rapidement. 
 
Jin se tourna vers lui, et en inclinant la tête poliement :
- "Konbanwa otoko-san. Watashi no namae wa Jin desu."
 
Ni Jin ni Sulik n'avait fait mine d'apercevoir de la laideur repoussante de l'affreux. D'habitude, tout le monde avait une réaction, un hoquet de dégoût, un regard fuyant...lui non... pourquoi pas après tout ? 
 
L'affreux ne comprit pas tous les mots utilisés mais l'inconnu qu'il avait sauvé, apparemment Joe, faisait partie de leur famille.

Jin il revint à Joe. Enfin, le vrai Joe refaisait surface... Mais pour combien de temps ? Comme toujours, l'évocation de Mÿet' avait un effet salvateur sur le baroudeur.  
Dans la psychologie difficile de son ami, Jin avait fini par trouver un petit levier. 
 
Il sauta donc sur l'occasion.
- "...hum... Mÿet'-kun est malade Joe-kun. Elle ne mange plus, et réagit de moins en moins. Lorsque tu es parti, elle est resté planté au campement, avec Devon. 
Impossible de la faire venir. 
 
Samura-sama est en route pour la ravitailler. Mais je pense que tu devrais essayer de la joindre. J'ai allumé sa radio en partant, et je pense que le son de ta voix peut la réveiller."

- "Myet est restée toute seule là bas? Elle avait des réserves?" 
Sur les réponses de Jin, Joe reste un moment le regard à l'horizon, remuant les lèvres.

- "Okay, en route. L'affreux, tu nous suis si tu as envie. Nous sommes 4, les deux mecs là et une autre qui traine. Nous pouvons t'accueillir si t'es pas trop capricieux." 
 
Sans plus attendre, Joe entame la marche. Il s'arrête quand il sent qu'on ne le suit pas. Jin et Sulik reste sur le bord. Ils ont marché rapidement le long des montagnes et dans la vase et sont exténués; ils n'iront pas beaucoup plus loin cette lune.
- "Ah, je vois. Soit."

Il balance le baluchon de tissu moisi qu'il portait sur l'épaule à Jin.  
- "Tiens. Si vous avez un peu la dent, ca trainait pres de moi ce matin. En échange, passe moi quelques medocs tu veux? Je vais en avoir besoin pour moi et pour elle. J'essaierai de trouver ce que je peux à manger en route." 
 
Après l'échange, Joe partira sans délai, laissant ses compagnons médusés et exténuhés.


[HRP] et  la suite : ici ! [/HRP]


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:40 (2018)    Sujet du message: Marais

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La folie du désert Index du Forum -> Martial Art -> Vie des survivants Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com